PRINCIPAUX OUVRAGES...

 

C’est avec son dernier ouvrage, paru le 29 avril 2015 (voir Parutions Récentes sur ce site), Les Surréalistes et la Bretagne, que Paul Sanda a pu remporter sur manuscrit, la prestigieuse Bourse d’Avant-Garde Sarane Alexandrian 2014 octroyée par la Société des Gens de Lettres. Poète et écrivain, né en Vendée en 1961, il s’est installé à Cordes sur Ciel dans le Tarn (81), village préféré des français qu’il connaissait depuis 1983. Il a été fait chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques en 2007, pour services rendus à l’éducation nationale et à la francophonie.

Paul Sanda
Prières secrètes de guérison
par l'invocation des Saints

ISBN 9782841976126

Trajectoire, 2013, 29 €

 

Cet ouvrage présente 78 saints chrétiens, particulièrement réputés dans différents courants religieux quant à leur capacité d'aide à la guérison. Choisis à partir d'anciens sacramentaires inconnus du grand public, ils sont présentés dans ce livre avec clarté et simplicité, dans ce que l'on connaît de leur vie, mais aussi dans ce qu'ils génèrent de force transformatrice sous les transmissions rares des lignées orthodoxes et gnostiques d'Occident. Ce recueil de Prières Secrètes est également un véritable grimoire opératif, dans la plus pure tradition des Rose+Croix, où chacun, par sa seule demande d'intercession, pourra se confronter à ses questionnements essentiels, à sa capacité théurgique propre et à la tangibilité de sa volonté de transformation. On trouvera en effet, dans ces pages, 78 incantations de très grande puissance puisées aux sources les plus occultes de l'initiation : au trésor magique des Églises mystiques du christianisme ésotérique.

 

Paul Sanda
Rituels de Guérison par les Archanges

ISBN-56-6784659396375

Trajectoire, 2012, 29 €

C'est dans les archives de l'Église rosicrucienne apostolique et gnostique que, récemment, a pu être mis au jour le Grand Grimoire des archevêques, un puissant outil d'invocation des Archanges. Cet ouvrage semble avoir été finalisé aux environs de l'année 1815 par le patriarche Bernard-Raymond Fabré-Palaprat. Inspiré d'une tradition évidemment beaucoup plus ancienne, et transmis selon une succession occulte, il est toujours fortement utilisé comme rituel de guérison dans plusieurs Églises gnostiques de survivance templière. Monseigneur Paul Sanda, Tau Sendivogius i. o., en le siège historique johannite templier de Cordes, par un travail très documenté, ouvre l'accès à un ensemble rituel de grande cohérence, capable de permettre une forte réalisation opérative. Ainsi «le Grand Grimoire des archevêques», restitué ici dans sa pureté originelle, peut être considéré aujourd'hui comme un des outils les plus efficaces de la transmission théurgique d'Occident, comme un rituel de guérison de très haute magie.

 

Paul Sanda
Haute Magie des Pentacles
de l'Abbé Julio

ISBN 9782841974764

Trajectoire, 2009, 29.40 €

Chacun sait que l’Abbé Julio fut, au détour du XIXe siècle, un homme courageux et désireux d’offrir aux gens des moyens de réconfort et d’intercession : prières, symboles, recettes de guérison. L’auteur, présente, ici, un remarquable travail, à la fois pratique et symbolique, basé sur l'explication précise et profonde des pentacles de l’Abbé Julio. Car les pentacles, sont des objets de culte, mais aussi des supports, des tremplins pour l’étude, la méditation, la responsabilité, la contribution au bien commun.

Un livre et/ou un coffret.

 

Paul Sanda
Sept Fragments
immanents pour une Alchimie Poétique

ISBN 9782846722827

Rafael de Surtis, 2012, 17 €

Par-delà ses occupations initiatiques, Paul Sanda est poète, plasticien et directeur d'une maison d'édition. Il est aussi responsable de la Maison des Surréalistes de Cordes sur Ciel.

Il prolonge dans son nouveau recueil un retour sur lui-même déjà initié dans Le Pacte Bicéphale. Au travers de 7 ouvrages de sa jeunesse, il analyse les "déclencheurs" qui ont éveillé en lui son oeuvre poétique et son éclosion spirituelle. La relecture de l'oeuvre de Carl Gustav Jung, d'André Breton, de Michel Leiris, a permis à l'auteur d'isoler les enjeux d'une libération de l'acte créateur : la béance, l'incertain, le merveilleux et le sublime.

Ce travail de recherche très personnel invite chacun à basculer dans sa propre enfance, et à se réconcilier avec les angoisses et les émerveillements vécus dans la confrontation avec les matériels culturels et/ou artistiques de ses premières années de vie.

 

Paul Sanda
Ouessant,
l'(H)ermitage des Grands Vents. Avec Bruno Geneste.

ISBN-58-2459886032524

​Rafael de Surtis / Les Chemins Bleus, 2013, 17 €

 

Des textes forts, charnels et pour cela profonds. Paul Sanda et Bruno Geneste investissent la question de l’Île, de ce qu’elle donne à voir et de ce qu’elle confie dans le Caché à qui pénètre sa chair. Nous sommes dans la dimension initiatique de l’île, celle qui fait de l’être humain un « moine », l’être qui demeure dans la solitude lumineuse d’une paradoxale non-séparation.

« La séparation d’avec le continent, ouvre à une autre manière d’envisager l’existence. Voilà qui nous interroge sur l’insularité comme totalité où chaque instant réinvente, embrasse avec jubilation un paysage nu et propice à des méditations cosmo-poétiques (…)

L’ailleurs prend toute sa signification. L’île dépose en nous l’éloignement du continent, cette distance met nos pensées en flottaison en attente de surgissement. Le temps s’étire et déjà l’horizon se déchire de bleu… »

 

Paul Sanda
Petit Grimoire du Sens

ISBN 2879130883

Arma Artis, 2006, 17 €

Cordes, à la merveilleuse pesanteur de ces logis énigmatiques, je sais comment faire jouer les clavicules ; les mystères de la percussion occulte s'articulent dans la complexité de l'art goth, dans la nervure, dans l'échine, là où se posent les griffes de l'animal le plus ancien : le grondant murmure du Léviathan. De ses écailles, il faut seulement dire que l'enclave du désir n'est qu'apparence : l'échange est d'un amour cinglant, avec le véritable sens".
 

 Paul Sanda, in Petit Grimoire du Sens.

 

 

"Le Coeur de l'homme est choisi pour être le dépositaire de l'angoisse de Dieu."

 

Louis-Claude de Saint-Martin.

 

 

Paul Sanda
Elle saigne à la lanterne
Préface de Marc Petit, Encres de Claude Bellegarde.

ISBN 9782847970012

Syllepse, 2002, 7.75 €

Dans Elle saigne à la lanterne, Paul Sanda place la barre poétique très haut :

à la limite de l'extrême...

 

Poésie cruciale du souffle, qui incorpore l'expérience vitale en une affirmation incantatoire

de l'être, poésie de l'obscure clarté, où le psaume, érotique et violent, recouvre seul la finalité

du dessaisissement.

Ce livre est une brèche nouvelle dans l'écriture :

une alchimie primitive de la contemplation.

.

Paul Sanda
Le Pacte Bicéphale
Initiation et Avant-Garde. Avec Rémi Boyer.

ISBN 9782846722292

Rafael de Surtis, 2010, 17 €

Initiation & Métaphysique.

Initiation & Avant-gardes.

L’initiation ne se révèle jamais mieux que dans sa double dimension métaphysique et poétique. A la croisée des expériences extrêmes et de l’intense banalité du quotidien, les formes s’estompent pour laisser toute la place à l’Être.

Le métaphysicien et le poète disent l’indicible, Janus persuadé que des mots il ne reste rien qu’un parfum d’essence qui seul fait trace.

La fulgurance de l’éveil aime l’insaisissable et l’éphémère.

 

Paul Sanda
Toute la Vérité sur le Cadavre
Illustration d'Olivier de Sagazan, postface de Pierre Barthelémy.

ISBN 9782846721998

Rafael de Surtis, 2009, 15 €

 

" Où a-t-on trouvé le cadavre ? Je dis : où ai-je trouvé le cadavre ? Et ai-je trouvé la fente du cadavre, ce que le corps laisse reposer dans le cœur de la viande, dans l'orifice béant de la

chair ? Le corps se déchire, et la fente trace un étrange losange dans la chair. Une fente incroyable, sortie de la chair, par la peau et par la chair. Le corps s'ouvre ; coup sur coup, je le sens devenir frais. Ce que j'ai su dire de ce corps, c'est à ton corps de femme peut-être. Ce que tu as pu voir de la chair véritable n'est que la partie ouverte de moncorps mélangé."

 

Paul Sanda, in Toute la Vérité sur le Cadavre.
 

 

 

 

Paul Sanda
Slumming on Park Avenue

ISBN 9782846721981.

Rafael de Surtis, 2009, 15 €

 

Le poète nous emporte en 50 vignettes écrites en une nuit dans la ville à travers le Jazz et avec quelques amis : Arrabal bien sûr l'incontournable vagabond hérétique, Alain Marcadon, l'énigmatique Fabienne G. - comme le point - ou encore Alain-Pierre Pillet et Francis Meunier. Des amis mais aussi des allumés et - chacun à leur manière - des surréalistes décadents et dissidents.

 Il y a donc New York, le jazz, mais aussi ses peintres et ses rues. La 123 ème Ouest, le Yankee Stadium, un thème indien de Roy Lichtenstein. Que demander de plus pour que « move the groove » et suive les sérénades à offrir à une femme nue dans une nuit réelle dans un hôtel pour musiciens pas loin de la plus grande cathédrale du monde près de Central Park. Les mots forgent ce que les nôtres sont incapables de marteler. Voici la création d'un univers sans fonds mais en métamorphose. Sa réalité ne peut se réduire à une vision classiquement surréaliste de la poésie ou à une vision nostalgique du jazz des années cinquante et soixante. [...] Sanda réinvente une façon de revoir le métier de vivre plus que celui du dur désir de durer.

Jean-Paul Gavard Perret

 

 

Paul Sanda
Les Messagères Coperniciennes

ISBN 9782846722001

Rafael de Surtis, 2009, 19 €

"Ecoutons sur ce point Paul Sanda : Ah c'est la roche qui tout à coup prophétise (...) Je pose mon oeil à l'infini. Le ciel est tant logique comme la trajectoire du carreau. / Une rose une seule rose étoilée / (et) les morts qui vont vite.

 

Reste à savoir à la fin qui sont les messagères dont il est ici question. Me permettra-t-on de penser que la soror du Grand OEuvre y montre son profil, et que, comme les messagères sont toujours, dans les mythes ou les contes, des hirondelles, des colombes ou des étoiles (trois visages de la même réalité), Paul Sanda, peu à peu, nous achemine vers les roses de la Dame du Ciel, cette Isis de l'Egypte (la patrie de l'alchimie) dont on va à Saïs pour soulever le voile et regarder un instant le coeur de ténèbre lumineuse ?

Michel Cazenave

Paul Sanda
La Corde Fantasophique
Envoi de Frédérick Tristan, illustration de Marc Janson, postface de Pierre Grouix.

ISBN 9782915228120

Editinter, 2003, 15 €

Né d'une rencontre, le texte rencontre à son tour, ne rencontre que soil ! Le présent d'hier fait une tache, trace obsédante surgie de la cassure éphémère. L'Autre est absent ! Le ranimer, refuser l'effacement, étreindre quelqu'un au-delà ou en deçà de la transparence y a du feu dans ces eaux-là.

 

Peut-être est-ce l'entrée sinueuse de la vigne dans les combles, l'échappée du pire ou la si mystérieuse raison des parfums ? Il faudra la perspective ou le trompe-l'oeil de l'oeuvre pour découvrir la clé d'un tel regard, entendre le frémissement d'un tel cri.

Frédérick Tristan

Paul Sanda
Pour la chair de l'île
Préface de Jacques Abeille, illustration de J. G. Gwezenneg

ISBN 9782906912205

Océanes, deuxième édition 2006, 10 €

"La préface de Jacques Abeille ne laisse aucun doute sur la nature de ce récent ouvrage de Paul Sanda dont le Surréalisme est la porte de sortie en même temps que l’outil créateur qui sape la candeur afin de révéler l’espace. Si, pour lui, « la nuit / est à table », c’est pour mieux gérer les continents de la mémoire où courent les lèvres les plus riches en salive ouatée. Surréalisme pas mort à bord de ce vaisseau coulissant entre arpège et midi, concassé par les plages d’une nativité précoce où l’île d’Oléron recompte ses étés, où la poésie déroute ses voiliers et taxe la syntaxe d’un peu de courbe et de parfum. [...] Le jeu subtil du poète s’articule au plus urgent des comparaisons qu’il secoue d’un geste large et qu’il détaille avec lenteur afin de sublimer les ondes du plaisir. « c’est la fin du voyage l’accordéon frôle le signe lumineux des grimoires de ma peau si rugueuse si flasque des varechs » On ne doutera pas que j’ai aimé ces pages sauvages, rebelles, où l’imaginaire fait un pied de nez aux oiseaux de passage.

Jean Chatard

 

Paul Sanda
Giacomo Casanova ou l'Epuisement du Mal

ISBN 9782846723329

Rafael de Surtis, 2013, 15 €

"Il semble que pour l’efficacité de la Voie alchimique, la féminité de la matière doive être réveillée, par l’acceptation de sa féminité même, de sa capacité à être le dangereux dissolvant, cette eau corrosive capable de réduire à néant la prétention au pouvoir… Ainsi la chute initiale dans la matière est l’oubli d’une condition préalable, la séparation d’avec l’huile de saturne et la couronne d’or. Le corps humain demande ainsi des choses parfaites pour se nourrir, car le corps est le véhicule indissociable de l’âme. Sans doute faut-il ainsi tout expérimenter : le savoir, l’oubli, et le poison que l’immensité a déposé au cœur de la vie… ; et je dis qu’il ne saurait y avoir de Dieu s’il n’y avait eu, auparavant, le néant, car Dieu est le tout et le rien, le plein et le vide, la totalité. Il est l’immensité de la matière et sa non-existence. Et cela dans le même instant, dans la même forme non-existante et existante. L’alchimiste opère par cette géométrie, il mène à bien l’expérience par sa voie, cette Voie sacerdotale qui va passer invariablement par l’oubli..." Paul Sanda nous offre un texte puissant qui dissout, qui serpente, qui révèle et voile les arcanes de la voie interne du cinabre.